Travail de la terre et insertion dans le même panier ? C’est possible !

Cultiver et transformer de bons produits de la terre en bio tout en permettant à des personnes de retrouver le chemin du travail. Rencontre avec la Ferme Saint André, l’un des producteurs du marché frais de Stéphane Biot.

1987, 1996, 2007 : trois dates pour une histoire. En 1987, des jeunes du Neuhof à Strasbourg voudraient bien se mettre au vert. Béatriceferme1 Guth, membre de la Fraternité implantée dans ce quartier, entend leur appel. L’union des partenaires sociaux du Neuhof et des villageois de Friedolsheim donnera naissance à l’association Saint André. En 1996, au tour de l’entreprise d’insertion « Les produits de la Ferme Saint André » de voir le jour. Des personnes éloignées de l’emploi y retrouvent un travail dans le maraîchage biologique. Enfin, en 2007, la « Ferme Saint André » est créée. Spécialisée dans la production de champignons et la transformation des légumes bio et en provenance de l’exploitation, elle emploie des personnes en situation de handicap.

Qui dit activité agricole dit dépendance vis-à-vis de la météo. Du moins, jusqu’à l’arrivée de la champignonnière. Car cette production de pleurotes biologiques permet aujourd’hui de maintenir une activité toute l’année, ce qui n’est pas neutre lorsqu’on emploie des personnes en insertion. Et les bienfaits de cette installation ne s’arrêtent pas là : entre la production de son propre mycélium biologique garanti sans OGM, la réutilisation des contenants et la transformation des résidus en compost, c’est un circuit 100% responsable et durable ! Sans compter que ce champignon a fait des petits d’une certaine façon : après la déshydratation des pleurotes, la Ferme l’a essayée avec succès sur d’autres produits, a diversifié sa gamme et a pu mener certains projets d’achats de matériel.

« Valoriser une autre économie en respectant l’homme et la nature, c’est possible »

ferme3Si certains clients viennent à la Ferme Saint André par conviction, d’autres y arrivent par hasard…et rejoignent les convaincus. Entrainant une belle récolte des récompenses : la joie de pouvoir allier travail de la terre et insertion sociale, de montrer qu’une économie alternative est possible, la fierté de voir revenir comme permanents des gens auparavant salariés en insertion de la ferme. Entendre que les produits sont bons, valoriser le travail des salariés donnant ainsi du sens à ce qu’ils font, c’est quand même le signe qu’on va dans la bonne direction, non ?

Vous comprenez maintenant pourquoi votre marché frais les a choisis ? Ben oui, proposer à nos clients des bons bocaux de légumes ou de champignons marinés, des chutneys d’oignons parfumés et même une terrine végétale (à goûter d’urgence, végétarien ou non !) tout en étant acteur d’une autre économie, ça ne pouvait que nous décider à faire partie de cette histoire commencée il y a 30 ans. En tout cas, ici, leur arrivée fera forcément date 🙂 !

aknipperetsalarie

André KNIPPER avec un salarié

Photo de Une (de gauche à droite) : Jean-Marc ENGEL Responsable de Production, Béatrice GUTH, Chef d’Exploitation Agricole de l’Entreprise d’Insertion et Directrice de l’Entreprise Adaptée, Camille DENEVERT Chargée d’Insertion Socioprofessionnelle, et André KNIPPER, Responsable de Production des Produits Transformés

 

Photos : Ferme Saint André

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *