On a donné notre voix, faisons la entendre maintenant !

Oui, je sais, la situation est difficile. Entre le chômage, le climat qui devient fou (un peu à cause de nous quand même), la guerre qui ose maintenant dire son nom,…pas vraiment de quoi se réjouir, hein ? A un tel point que je préfère limiter télé et journaux pour profiter des gens passionnés et passionnants qui m’entourent et avancer.

Bien sûr, nous sommes en droit d’attendre des actions et des engagements. De la part de nos élus locaux mais aussi de la part des dirigeants du monde entier. Même si le chemin est encore long, je veux croire que la COP21 et l’accord signé marqueront les esprits et sauront nous donner la route à suivre. Je veux aussi croire que ce combat engagé contre le fanatisme aura au moins le mérite de nous ramener aux valeurs de la république : Liberté, Egalité, Fraternité.

Mais le changement ne vient pas que d’en haut. Chacun d’entre nous peut et doit faire entendre sa voix, s’engager pour retrouver ce sentiment de « bien vivre » qui nous a un peu quittés.

Donner de la voix individuellement pour le bien collectif, ce n’est pas si compliqué. On peut, par exemple :

–       Soutenir activement une association locale. L’Alsace en est riche, profitons-en !

–       Acheter responsable pour soutenir l’emploi dans notre région ou dans tout le pays

–       S’engager auprès d’entreprises à taille humaine, où des hommes et les femmes passionnés ont à cœur de nous apporter des produits de qualité

–       Consommer simplement, de façon raisonnée et mesurée

–       Partager des solutions pour une cuisine gouteuse, familiale et qui fait plaisir

Et en donnant tout cela à nos enfants et nos proches.

Utopique ? Pas tant que ça. Grâce aux nouveaux moyens de communication, nous avons tous les moyens de faire entendre notre voix et de faire évoluer notre société en profondeur. C’est notre responsabilité et tout le sens de ma petite entreprise qui prend doucement forme…

You may also like...

1 Response

  1. L’enfant dit la regle en meme temps qu’il l’applique. Sa voix se fait geste. Mais la regle ainsi edictee ne fait autorite que dans la mesure ou quelqu’un s’y soumet sans quoi elle ne vaudrait que comme simple lance de ballon. La voix est dialogique au sens ou elle ne dit que si quelqu’un l’entend et, dans notre exemple, entendre veut dire consentir a ce qui est dit. Par sa passivite, l’autre enfant se conforme. Il reste sans voix. Dans ce cas, l’auteur de la regle est autoritaire et le sujet de la regle est assujetti.