Farine ou…farine de Hurtigheim ?

hurtigheim_blog_1200x630

Aux portes de Strasbourg, un meunier travaille « local » pour fabriquer des farines dont on se souvient et qu’on vient parfois chercher de très loin. Visite du Moulin de Hurtigheim, l’un des producteurs du marché frais de Stéphane Biot.

Il y a farine et farine et ce n’est pas notre meunier qui vous dira le contraire ! Si son produit est bon, c’est en grande partie grâce à son ancrage local : un moulin bien établi dans les terres riches du Kochersberg et un approvisionnement auprès de producteurs alsaciens uniquement. Et dire que tout est parti d’une vieille ferme transformée en moulin par le meunier voisin, il y a plus de 80 ans. A l’époque, il avait des confrères tout autour de lui. Aujourd’hui, le moulin de Hurtigheim est le seul encore exploité dans le coin et il ressemble presque à un petit musée vivant avec ses vieilles machines, son odeur de bois et son savoir-faire de plusieurs décennies.

hurtigheim_machine_1400x933Succession et passion

Raoul et Thomas Becker ont succédé à leur papa en 2004. Le premier s’occupe plus particulièrement de gestion. Quant au second, il est pour ainsi dire tombé dans la farine dès son plus jeune âge…et n’en ai pas sorti 🙂 : des tournées des boulangers avec son papa à ses débuts au moulin, en passant par l’Ecole de Meunerie, la voie était toute tracée. De son enfance, il a aussi hérité le goût et le don de transformer ses produits en pâtisseries dont il partage volontiers les recettes. « Si ça me plait, cela devrait marcher pour les autres, non ? »

Un maillon entre l’agriculteur et le boulanger

Et en Alsace, il y en a des occasions de faire de la pâtisserie, entre les bredele, le kougelhof, l’agneau de Pâques ou la tarte flambée ! Ce qui explique que les moulins ont un peu mieux résisté ici qu’ailleurs en France. Et que le métier arrive à être reconnu et identifié entre l’agriculteur et le boulanger. Car, n’est-ce pas à la qualité d’un grain de blé et au savoir-faire de celui qui l’a transformé qu’on va apprécier un bon pain, une bonne tarte flambée ou un bon gâteau ? Et si la farine est de qualité, c’est aussi parce que, dans notre moulin, on travaille avec des machines anciennes qui tournent plus lentement que les modernes et préservent ainsi les qualités nutritionnelles et gustatives des céréales.

hurtigheim_farine_1400x933Comment le marché frais de Stéphane Biot aurait-il pu faire autrement que les choisir comme partenaires ? Des gens chez qui on vient exprès de Troyes pour acheter son stock de farine de l’année, un métier que certains croyaient disparu, l’envie de donner du plaisir aux gens et de vendre un produit honnête, c’est forcément en phase avec les engagements de votre marché, ça ! Alors, on vous met quelques paquets de T45 ? Fine, légère, elle sera parfaite pour vos crêpes 🙂 !

 

Moulin-Extérieur_1400x787 Le Moulin de Hurtigheim lorsqu’on arrive

convertisseurs_1400x787 Les convertisseurs

hurtigheim_thomas4_1400x933 Le tamisage

hurtigheim_mains2_1400x933 L’enveloppe et l’intérieur de la graine après passage par les différentes machines : restent le son et la farine, toute fine

Photos : Moulin de Hurtigheim/Isabelle Oche

You may also like...